Tom Medina ($5)

MV5BZWRmODBmNjQtODNlMS00NWIyLTg0NTctMWVhMzdmYmVkMzZmXkEyXkFqcGdeQXVyNjYxNzY5MjE_._V1_FMjpg

TOM MEDINA

Drame | France | 2021 | 100 min | Français (sous-titres anglais)

De:  Tony Gatlif
Avec:  David Murgia, Slimane Dazi, Karoline Rose Sun, Suzanne Aubert

Tom Medina est envoyé par un juge pour enfant en Camargue, chez Ulysse, homme au grand cœur en phase avec la nature. Habité par des visions, fasciné par les taureaux et les chevaux, Tom y apprend le métier de gardian aux côtés d’Ulysse. Il ne vole plus, a soif de savoir et aspire à devenir quelqu’un d'autre. Révolté par l’hostilité qui ne change pas à son égard, il se bat contre son destin et croise la route de Suzanne… Une histoire pleine de force et d'espoir inspirée de la jeunesse de son auteur.

Sélections:

  • Unifrance Rendez-Vous in Paris (France, 2022)

  • Berlin French Film Week (Germany, 2021)

  • French Film Festival in the Czech Republic (2021)

  • Tübingen | Stuttgart International French-language Film Festival (Allemagne, 2021)

  • Hof International Film Festival (Allemagne, 2021)

  • Warsaw Film Festival (Poland, 2021)

  • Festival de Cannes(France, 2021)

Critiques de presse

En s’inspirant de son adolescence, Tony Gatlif signe un film sincère et vivant, où la quête d’identité est indissociable de celle - plus urgente encore - de liberté.

 Les Fiches du Cinéma

 

À l’image de Tom, son héros trompe-la-mort dans cette saisissante scène d’ouverture, le nouveau film de Tony Gatlif — et peut-être son plus beau, plus de quarante ans après ses débuts — est d’une audace folle.

 Télérama

 

Épique et flamboyant, le nouveau film de Tony Gatlif signe un retour sur l’enfance, la Camargue, l’amour, la rédemption, et la vie tout simplement.

 – aVoir-aLire.com

 

Entre poème visuel et quête de l’identité, le film erre un peu, et le héros, Medina, reste un inconnu pour le spectateur. Mais son interprète, David Murgia, acteur à suivre, a une palette étonnante.

 Le Nouvel Observateur

 

Il est certain que des scènes de ce film resteront pour leur beauté, la manière de filmer chevaux et taureaux au plus près, en liberté, comme pour sentir le danger. 

Le Parisien

 

Gatlif livre avec ce film de guingois, qui emporte une sympathie trouble sans être vraiment probant, une belle invention de paysage, y arrachant des mottes de mythes et de rude magie.s

– Libération