horizontal film page banners 1.jpg

YAO

de Philippe Godeau

2019 | 103 min

Comédie dramatique, famille |France, Sénégal|Français (sous-titres anglais)|à partir de
12 ans

Avec :  Lionel Louis Basse, Omar Sy, Fatoumata Diawara, Germaine Acogny. Alibeta Gourvennec, Gwendoly Gourvennec, Diouc Koma

Depuis son village au nord du Sénégal, Yao est un jeune garçon de 13 ans prêt à tout pour rencontrer son héros : Seydou Tall, un célèbre acteur français. Invité à Dakar pour promouvoir son nouveau livre, ce dernier se rend dans son pays d’origine pour la première fois. Pour réaliser son rêve, le jeune Yao organise sa fugue et brave 387 kilomètres en solitaire jusqu’à la capitale. Touché par cet enfant, l’acteur décide de fuir ses obligations et de le raccompagner chez lui. Mais sur les routes poussiéreuses et incertaines du Sénégal, Seydou comprend qu’en roulant vers le village de l’enfant, il roule aussi vers ses racines

Festivals :  

 

  • Festival International du Film de Haugesund (Norvège, 2019)

  • Festival International du Film de Moscou (Russie, 2019)

  • Rendez-vous du cinéma français à Paris (2019)

  • Festival de la Biolle Cinéma et ruralité (France, 2020)

Revues de presse :  

Revenir au pays du père, c’est revenir à l’enfance et à soi, au milieu des fantômes et des esprits que convoque le film : l’acteur d’Intouchables et de Chocolat , une des personnalités préférées des Français, paraît à chaque plan touché au cœur. Il a quitté le rire en carapace, il apparaît plus fragile, plus touchant.

— Dernières Nouvelles d’Alsace

 

Parce qu’il est d’abord un concentré d’émotion douce, Yao, qui repose sur un duo magique, est bien autre chose qu’un classique « road trip ». Ici, les rebondissements ne font pas dans le spectaculaire mais fabriquent un tissu plein d’une intense et rassurante capacité d’humanité.

— Le Parisien

 

Quête d’identité, paternité, bons sentiments : calibré par et pour Omar Sy, tout en sobriété bienvenue, cet agréable road-movie africain présente aussi un Sénégal loin des spots touristiques : poussiéreux mais espiègle et lumineux, à l’image de l’adorable gamin qui joue Yao.

— Le Journal du Dimanche

 

Un joli conte sur la “différence qui enrichit”.

— Les Fiches du cinéma

 

Road movie initiatique, sympathique et chaleureux.

— Le Nouvel Observateur

 

Un coup de projecteur subtil sur la paternité, la transmission et les racines, le partage, les croyances et la nécessité de se perdre pour mieux se retrouver.

— Le Blog du cinéma

 

Entre quête de soi et découverte culturelle, on se laisse gentiment emporter par cette fable africaine dépaysante. 

— A voir, à lire

Au travers de la thématique du dépaysement, le personnage principal va, au fil de son périple où la débrouillardise est reine et les mirages parfois présents, découvrir les us et coutumes d’un pays dont il ignorait tout. Il ira ainsi jusqu’à se reconnecter petit à petit avec ses racines, alors même qu’il est balloté entre son pays, la France, et celui de ses grands-parents, le Sénégal. À côté de ce personnage principal en quête de repères, se tient le jeune Yao qui devient à la fois son guide et son fils adoptif. À ce titre, l’alchimie entre Omar Sy et le jeune Lionel Louis Basse est visible à l’écran et renforce cet aspect.

— Abus de ciné

 

Après ses récentes interprétations de Knock et Le flic de Belleville dont ne ressortaient que cabotinage et outrance, Omar Sy retrouve une saine sobriété faite d’émotion contenue et de pudeur qui sied tout juste à Seydou tout à l’écoute de ce jeune guide qu’est Yao, sans qui il lui serait impossible de partir à la reconquête de ses racines. Il partage assurément la vedette avec Lionel Louis Basse, un gamin lumineux, image d’un Sénégal espiègle mais néanmoins avide de culture, tout en ne rechignant pas à la resquille avec la complicité bon enfant de sa voisine de transport en commun. La rencontre de ces deux personnalités qui se nourrissent l’une de l’autre constitue la base d’une réelle sincérité qui ne se démentira jamais tout au long du récit. (…) 

Dédié à Jacques Godeau et à Demba Sy, Yao peut se prévaloir de rendre un hommage appuyé à la paternité, la transmission et la richesse de la différence.

— À voir, à lire

 

A travers cette fable poétique et réaliste, à la frontière d’une vision documentaire du Sénégal, filmé comme un pays à la fois étrange et familier, Yao de Philippe Godeau nous propose en filigrane le portrait généreux d’un grand comédien français d’origine sénégalaise, aux antipodes des assignations identitaires.

— Café pédagogique

Retour en haut de la page

PROGRAMME À L'ANNÉE LONGUE

CONTACTEZ-NOUS

Restez connectés :

info@cinefranco.com

647.860.1418

Dernière mise à jour : 16  janvier 2021

© 2019 CINEFRANCO. Proudly created with Wix.com